en   MOT  dièse
petite  ANTHOLOGIE  de  poésie  et  de  musique  de  chambre

de Charles GILL (1871 - 1918)

Vidéos en bas de page - Cliquer ici en cas de problème de visionnage de nos vidéos

L'aigle
version de Ph. Martineau (2015)



Au travers de la cage où je t'avais jeté,
le vent de l'espérance affermissait tes ailes,
et sans que ma victoire eût vaincu ta fierté,
ton regard convoitait le royaume du ciel.

Je voulus mettre fin à ta captivité
tant ton être profond me parut éternel,
et quand j'ouvris la porte à ton bec affûté
ton âme illumina le fond de tes prunelles.

Sans doute observas-tu que j'étais déganté
et que j'eusse péri sous un seul coup cruel.
Allais-tu me pourfendre avant de me quitter ?

Allais-tu me soumettre à ta férocité
avant de fendre l'air en frôlant l'hirondelle
et de reconquérir l'espace inhabité ?



par Gilles-Claude Thériault :
Accueil | Poésie | Fables et farces | La Fontaine parodié | Aphorismes | Musique de chambre | Spectacles | Contact et liens