en   MOT  dièse
petite  ANTHOLOGIE  de  poésie  et  de  musique  de  chambre

de Philippe MARTINEAU

Vidéo en bas de page - Cliquer ici en cas de problème de visionnage de nos vidéos

L'aigle-feu



Un aigle était au bord
et moi au fond du puits,
quand ouvrant ses yeux d'or
il éclaira ma nuit.

Quoi de plus sidérant
que ces yeux qui brûlaient
sans autres carburants
que ceux du feu follet ?

J'avais le cœur étreint
à la vue de ces flammes,
car l'aigle était en train
de consumer son âme.

Et quand il s'éteignit
je ne vis rien descendre,
car ce qui avait lui
ne laissa pas de cendre.



par Gilles-Claude THéRIAULT :
Accueil | Poésie | Fables et farces | La Fontaine parodié | Aphorismes | Musique de chambre | Spectacles | Contact et liens