en   MOT  dièse
petite  ANTHOLOGIE  de  poésie  et  de  musique  de  chambre

de Philippe MARTINEAU

Vidéo en bas de page - Cliquer ici en cas de problème de visionnage de nos vidéos

L'aigle gris



La douleur était telle
que je haïssais Dieu,
quand un battement d'ailes
me fit lever les yeux.

Affolant le cyprès
l'oiseau n'avait pas peur
et se posa si près
que j'entendis son cœur.

« Que viens-tu faire à terre ?
dis-je à cet aigle gris,
de quel profond mystère
es-tu l'allégorie ?
»

Et je le reconnus
à sa façon d'aimer ;
il m'était revenu
d'un monde inanimé.

Mais au lever du jour
hélas il s'envola,
préférant à l'amour
la nuit de l'Au-delà.


in « Poèmes traduits du silence » édition 2016 (voir LIBRAIRIE)


par Gilles-Claude THéRIAULT :
Accueil | Poésie | Fables et farces | La Fontaine parodié | Aphorismes | Musique de chambre | Spectacles | Contact et liens