en   MOT  dièse
petite  ANTHOLOGIE  de  poésie  et  de  musique  de  chambre

de Philippe MARTINEAU

Vidéo en bas de page - Cliquer ici en cas de problème de visionnage de nos vidéos

L'aigle noir



C'était un aigle noir -
qui se posa si près
qu'on ne pouvait pas voir
ce qui m'en séparait.

« Tu te trompes de proie !
dis-je à ce bec armé,
à moins que tu me croies
capable de t'aimer...
»

Je ne vis plus soudain
que des lambeaux de brume
tandis que sur ma main
retombait une plume.

Mais que le ciel est gris
lorsque je me réveille !
Malgré tout je souris
en croyant au soleil.

... non sans crainte qu'au soir
aucun rêve n'afflue
et que mon aigle noir
ne vienne jamais plus.


in « Poèmes traduits du silence » édition 2016 (voir LIBRAIRIE)


par Gilles-Claude THéRIAULT :

par Pascal PAYEN-APPENZELLER :
Accueil | Poésie | Fables et farces | La Fontaine parodié | Aphorismes | Musique de chambre | Spectacles | Contact et liens