en   MOT  dièse
petite  ANTHOLOGIE  de  poésie  et  de  musique  de  chambre

de Philippe MARTINEAU

Vidéo en bas de page - Cliquer ici en cas de problème de visionnage de nos vidéos

Brucknérienne



Ta voix
porte le silence du fauve
propre à blesser l'indifférence des choses

Ta voix
réponse à ma plus pure famine
à celle qui nourrit l'arrogance des faux dieux

Ta voix
propre à blesser l'indifférence des causes
comme si de sourds volcans
surgissaient du calme des eaux
pour éventrer l'obésité muette des cieux

Comme si d'autres Phénix aux pieds de cendre
aux ailes combustibles
s'arrachaient aux envies de descendre
à la peur d'être cible

Comme si le Styx immortel
n'ayant ni rive à aimer
ni mer où mourir
cherchait dans l'âme humaine
un songe où renaître
une plaie d'où jaillir

Comme si
dans la fouille de l'être
la pierre informe et apatride
se savait promise aux traits de l'architecture
et prête à clore la voûte ultime
des Taj Mahal
et de toute autre épure en âge d'incarnation


in « Épure en âge d'incarnation » - édition 2005


par Philippe LEJOUR (bio) :
Accueil | Poésie | Fables et farces | La Fontaine parodié | Aphorismes | Musique de chambre | Spectacles | Contact et liens