en   MOT  dièse
petite  ANTHOLOGIE  de  poésie  et  de  musique  de  chambre

de Philippe MARTINEAU

Vidéos en bas de page - Cliquer ici en cas de problème de visionnage de nos vidéos

Le corbeau



Né du mur de ma chambre, un corbeau se tient coi
sur la haute étagère, entre mes livres lus ;
et quoi que je demande, il oppose à ma voix
le silence éternel de ceux qui ne sont plus.

Et bien que l’heure avance il reste sans bouger,
à côté de l’horloge où le temps est moulu ;
et quoique toujours là il demeure étranger,
comme le dieu d’antan auquel on ne croit plus.

Mais quand je rêve assez pour quitter ce décor
et que je revois celle que j'avais élue
qui ôte son linceul et me désire encore,
le corbeau me réveille en disant : « Jamais plus. »

J’ouvre alors les volets et lui montre les cieux
où la brise l’attend et l’aube le salue,
mais il ne bouge pas et referme les yeux,
préférant à la vie le monde des reclus.


in « Poèmes traduits du silence » édition 2016 (voir LIBRAIRIE)

Voir le poème éponyme d'Edgar Poe traduit (très) librement par Ph. Martineau


par Gilles-Claude THÉRIAULT :

par idem mais avec un son de meilleure qualité :

par Jean-François BLAVIN à la Cave à Poèmes, le 10 octobre 2016 :

par l'auteur :
Accueil | Poésie | Fables et farces | La Fontaine parodié | Aphorismes | Musique de chambre | Spectacles | Contact et liens