en   MOT  dièse
petite  ANTHOLOGIE  de  poésie  et  de  musique  de  chambre

de Philippe MARTINEAU)

Vidéos en bas de page - Cliquer ici en cas de problème de visionnage de nos vidéos

Eau douce



Le lac était nocturne et la rive lointaine,
et ma présence ici ne pouvait qu'intriguer,
entre la lune d'eau qui dérivait à peine
et le songe diffus des saules fatigués.

Une ondine soudain se sentit attouchée :
ma paume était coupable et sa nuque complice.
La réponse à son cri fut celle des rochers
et le trouble des eaux témoigna du délice.

Mais le jour aussitôt la rendit transparente
et ― quoiqu'elle fût ceinte ― aussi lâche qu'un pleur ;
et ce qui reste d'elle est une eau différente,
un sillage sans cygne et un sang sans couleur.


in « Poèmes traduits du silence » édition 2016 (voir LIBRAIRIE)


par Gilles-Claude THéRIAULT :
Accueil | Poésie | Fables et farces | La Fontaine parodié | Aphorismes | Musique de chambre | Spectacles | Contact et liens