en   MOT  dièse
petite  ANTHOLOGIE  de  poésie  et  de  musique  de  chambre

de Philippe MARTINEAU

Vidéo en bas de page - Cliquer ici en cas de problème de visionnage de nos vidéos

Paroles d'image

                    Ce qu'on entend quand l'image de Narcisse prend conscience d'elle-même et s'adresse à lui.

Je ne suis qu'un reflet,
entre ta soif et l'onde,
et pourtant je te plais :
je suis ton autre monde.

Ô Narcisse, ma blême
et insondable face
est celle que tu aimes !
quoi que toute autre fasse.

Avant ce jeu courtois
je n'avais aucun sens ;
voilà que grâce à toi
j'affleure la conscience.

Je m'étais inconnu
avant cette journée
et dois à ta venue
d'être enfin dessiné.

Avant ce jour de mai
je n'avais aucun trait
et voilà désormais
que je suis ton portrait.

Les nymphéas qui posent,
les nuages, le ciel,
notre vie : tout compose
cette jeune aquarelle.

Ce songe à la surface
ne craint pas le soleil
mais qu'un soir ne l'efface
ou qu'un vent ne l'effraye.

Surtout, reste à genoux
et résiste au sommeil,
car ce rêve entre nous
ne vit que de ta veille.

Surtout, demeure encore,
penché comme un roseau,
faute de quoi mon corps
sera la proie des eaux.

N'abandonne jamais
les rives de l'amour,
car si rien ne m'aimait
j'aurais trop de mes jours.

Je ressemblais au fond
avant de t'émouvoir,
et si la glace fond
c'est que tu veux me boire...

Ô Narcisse, ô moi-même,
le plus lourd de nos fronts
en touchant le plus blême
a fait naître des ronds...

Car à peine on m'effleure
qu'on défigure l'onde.
Faut-il qu'au moindre heurt
tant de rides répondent ?

Faut-il que mon jumeau
ne voit plus que mon trouble !
J'aime mieux mille maux
que d'aveugler mon double.

Ô Narcisse, ô moi-même,
seul en haut, seul en bas...
tout est devenu blême
depuis que tu tombas.

À quoi sert que l'on soit
composé de deux êtres
si - aussi près de soi -
on ne peut se connaître ?

Mais tu ne réponds pas.
même l'écho, moqueur,
ne renvoie que le pas
ralenti de mon cœur.

Ton silence insinue
que s'est dissout le charme
et que les rives, nues,
n'étreignent que nos larmes


in « A fleur d'eau » édition 2016
(voir LIBRAIRIE)



par Gilles-Claude THÉRIAULT (avec l'ancien titre "Paroles d'eau") :
Accueil | Poésie | Fables et farces | La Fontaine parodié | Aphorismes | Musique de chambre | Spectacles | Contact et liens