en   MOT  dièse
petite  ANTHOLOGIE  de  poésie  et  de  musique  de  chambre

de Philippe MARTINEAU

Vidéo en bas de page - Cliquer ici en cas de problème de visionnage de nos vidéos

Paroles de Narcisse - I



Quand l'étang se recueille
et que la vague est morte,
ce que pense mon œil
fait de l'onde une eau-forte.

Je crains qu'à peine aimée
cette image s'absente,
ou que l'onde, abîmée,
la rende grimaçante.

Car l'eau pure est si frêle
que même la pensée
la plus intemporelle
risque de la froisser.

Si frêle et si dormante
que l'éventuelle idée
de m'en faire une amante
ne peut que la rider.

Et sans elle, si lisse,
où pourrais-je exister
et vivre les prémices
de mon éternité ?


in « A fleur d'eau » édition 2016 (voir LIBRAIRIE)


par Gilles-Claude THéRIAULT :

par Philippe LEJOUR, à la Cave à Poèmes en 2015 :
Accueil | Poésie | Fables et farces | La Fontaine parodié | Aphorismes | Musique de chambre | Spectacles | Contact et liens