en   MOT  dièse
petite  ANTHOLOGIE  de  poésie  et  de  musique  de  chambre

de Philippe MARTINEAU

Vidéo en bas de page - Cliquer ici en cas de problème de visionnage de nos vidéos

Paroles de Narcisse - II



À peine suis-je au bord
du lac inhabité,
que déjà l’eau qui dort
révèle ma beauté.

De l’aube jusqu’au soir
je vis de m’apparaître,
au risque de tout boire
à la tombée de l’être.

Ce que la nuit efface
mes rêves le refont,
si bien qu’à la surface
affleure aussi le fond.

Et si mon vrai jumeau
tremble quand je le vois
c’est qu’il cherche ses mots
pour refléter ma voix.

Jusqu’au soir absolu
où l’onde, existentielle,
ne reflétera plus
que la beauté du ciel.


in « A fleur d'eau » édition 2016 (voir LIBRAIRIE)


par Gilles-Claude THéRIAULT :
Accueil | Poésie | Fables et farces | La Fontaine parodié | Aphorismes | Musique de chambre | Spectacles | Contact et liens