en   MOT  dièse
petite  ANTHOLOGIE  de  poésie  et  de  musique  de  chambre

de Philippe MARTINEAU

Vidéos en bas de page - Cliquer ici en cas de problème de visionnage de nos vidéos

Paroles de Narcisse - III



Alors que l'eau du lac est assoupie et pure
et que le moindre souffle en menace le somme,
je crains que mon reflet n'échappe à ma nature
et ne devienne au fond l'esclave d'un autre homme.

― Ô toi qui m'es jumeau jusques au moindre trait
et qui gardes ma pose afin qu'on nous confonde,
on dirait que tes yeux m'en veulent d'être vrai
et de n'avoir point bu ton essence profonde.

Que n'émerges-tu donc en réponse à ma crainte ?
Laisse l'onde immobile aux songes d'autres bords
et marche sur elle sans y laisser d'empreinte
et sans autre mission que de joindre nos corps.

Mais sans doute sens-tu qu'aimer est difficile
et ne cherches-tu guère à te mettre en danger,
ô toi qui m'es jumeau jusques au moindre cil
et qui gardes la pose alors que j'ai bougé.

Alors que l'eau du lac est au point d'être dure
et que même y tomber n'en peut rompre le somme,
je crains que mon reflet n'ait changé de nature
et ne soit parvenu à devenir un homme.


in « A fleur d'eau » édition 2016 (voir LIBRAIRIE)


par l'auteur :

par Gilles-Claude THéRIAULT : (version antérieure du texte - 2015)
Accueil | Poésie | Fables et farces | La Fontaine parodié | Aphorismes | Musique de chambre | Spectacles | Contact et liens