en   MOT  dièse
petite  ANTHOLOGIE  de  poésie  et  de  musique  de  chambre

aphorismes et autres texticules


 Baudelaire (suivant, précédent)

Je comprends qu'on déserte une cause pour savoir ce qu'on éprouvera à en servir une autre.
Relativement à la légion d'honneur :
Celui qui demande la croix a l'air de dire ; si l'on ne me décore pas pour avoir fait mon devoir, je ne recommencerais plus.
Il n'y a de gouvernement raisonnable et assuré que l'aristocratique.
Monarchie et république basées sur la démocratie sont également absurdes et faibles.
Veuillot est si grossier et si ennemi des arts qu'on dirait que toute la démocratie du monde s'est refugiée dans son sein.
La croyance au progrès est une doctrine de paresseux, une doctrine de Belges. C'est l'individu qui compte sur ses voisins pour faire la besogne.
Observons que les abolisseurs de la peine de mort doivent être plus ou moins intéressés à l'abolir.
Souvent ce sont des guillotineurs. Cela peut se résumer ainsi : « Je veux pouvoir couper ta tête ; mais tu ne toucheras pas à la mienne. »
Robespierre n'est estimable que parce qu'il a fait quelques belles phrases.
« Ceux qui ne croient pas à l'immortalité de leur être se rendent justice. »

page suivante du cahier d'aphorismes et de texticules