en   MOT  dièse
petite  ANTHOLOGIE  de  poésie  et  de  musique  de  chambre

de Philippe MARTINEAU

Vidéo en bas de page - Cliquer ici en cas de problème de visionnage de nos vidéos

Deux hérissonneries

Le hérisson et la belette

Amoureux fou d’une belette, un hérisson le lui déclare. Et l’autre, dont le désir ouvre la bouche, répond au bon parti qui s’offre à elle :
– Vous, amoureux ? et depuis quand ? Vous, m’offrir un bouquet de piquants ! Mais qu’ai-je à faire de cette armure ? la guerre est finie et les chemins sont sûrs. Troquez donc vos mœurs contre de plus douces, car pour me plaire il faut être poli de l’âme jusqu’au dos, le vôtre hélas l’étant si peu... Afin qu’il le soit plus, souffrez que je l’épile un peu, beaucoup, pass... mais souffrir passionnément n’est-ce pas trop pour la chétive bête que vous êtes... ?
– M’arracher jusqu’au sang ce poil qui vous déplaît ne saurait m’arracher de plainte pour autant ! répond-il, fier comme un drapeau.

On arrache donc à chaud, et sans que la douleur ne puisse se prévaloir du moindre cri. Mais la peau du patient, plus meurtrie que muette, appelle des soins, que notre amante est prête à accomplir :
– Mais sachez bien, dit-elle, que pour jouir de mon toucher il faut qu’on n’ait point d’autres sens en éveil...
Et se prêtant au jeu, l’amoureux ferme l’œil et l’oreille.

Et c’est ainsi qu’il fut... croqué – toute chair est meilleure quand elle a bien souffert –, et rien ne fut perdu à ce festin de noces : car même les piquants firent office de... cure-dent.


Le hérisson et le renard

− Certes,
la cruauté de ton cuir,
dit le renard au hérisson,
n’est point sans te donner fière allure
mais ne permet d’embrassade entre nous
qu’au prix de profondes piqûres.
Et faire ainsi obstacle aux soins de l’amitié
m’est d’autant plus odieux
que sous ton cuir à clous
bat un cœur tendre,
tout comme le mien !
Aussi, que ne rends-tu au fourrier ta tenue militaire
pour que je puisse enfin te donner l’accolade.

– J’y consens volontiers !
mais, préséance oblige,
point avant qu’on n’ait mis au vestiaire
ce dentier qui t’encombre,
et dont tout amour, en principe, n’a que faire...


in « Le Tétracardiophore et autres historiettes » édition 2016 (voir LIBRAIRIE)

par Martine Marchand et Philippe LEJOUR (bio) :
Accueil | Poésie | Fables et farces | La Fontaine parodié | Aphorismes | Musique de chambre | Spectacles | Contact et liens